[Critique DVD] – La cage: l’histoire de la Corriveau

Titre du film: La cage: l’histoire de la Corriveau

Date de sortie en DVD : 22 février 2019

Durée : 68 minutes

Distributeur : Merlin Films

Réalisateur : Alain Vézina

Piste(s) sonore(s): Français

Synopsis : Le 18 avril 1763, une jeune femme, reconnue coupable du meurtre de son époux, est pendue à Québec. Son cadavre est enfermé dans une cage et exhibé pendant près de 40 jours à la vue des passants. Au fil des générations, la tradition orale va faire de cette simple affaire judiciaire la source de récits surnaturels. Après avoir alimenté la verve intarissable des conteurs, ces légendes vont inspirer auteurs, artistes et chansonniers qui feront de cette femme l’un des personnages les plus emblématiques du folklore québécois : la Corriveau. En 2011, une découverte incroyable est venue ancrer la légende dans la réalité : la cage de la Corriveau est retrouvée dans les réserves d’un musée américain. Ce documentaire relate l’histoire tragique à l’origine de sa fabrication, explique l’expertise ayant permis son authentification tout en brossant un portrait exhaustif et vivant de la Corriveau et de tout son héritage culturel.

La critique :

Une pensée sur “[Critique DVD] – La cage: l’histoire de la Corriveau

  • 14 mai 2019 à 14 h 21 min
    Permalink

    Le documentaire brosse un portrait COMPLET de la Corriveau. La tradition orale et littéraire (Fréchette, de Gaspé) en a fait une sorcière monstrueuse tout comme les dessins d’Henri Julien ou encore les films d’animation de l’ONF. Le segment du film où on ADAPTE la nouvelle de de Gaspé est une illustration de cette vision. En revanche, les recherches historiques et des romans récents vont humaniser le personnage. Et la Corriveau fut reprise comme symbole du nationalisme dans les années 1960. Ce sont des fait avérés. Mon film aborde tous ces aspects dans un souci de rigueur et d’exhaustivité. Il n’y a rien de paradoxal à explorer les multiples facettes d’un même personnage. Le film assume pleinement ce parti-pris. C’est même indiqué dans le synopsis et le film se conclut sur ce passage : Au gré des époques, la cage a revêtu plusieurs significations: symbole d’oppression du conquérant anglais, emblème du pouvoir patriarcal, spectre de fer inspirant les histoires racontées au coin du feu, muse séculaire des poètes, écrivains et chansonniers. En réalité, c’est la silhouette de tout un peuple qui s’esquisse à travers cette armature de métal.

    De plus, si je suis le raisonnement de ce « critique », toute reconstitution dans un documentaire devrait s’abstenir de montrer le visage d’un personnage historique dont on ne sait pas grand chose de sa physionomie. Partant de ce principe, on ne devrait pas montrer le visage d’acteurs qui interprètent par exemple Toutankhamon ou Jeanne d’Arc !!!! A-t-il déjà regardé les magnifiques documentaires de la BBC ou de Discovery ?

    Alain Vézina
    Réalisateur

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *