[Critique Blu-ray] – Lego Movie 2

La critique de Lego Movie 2 – un autre succès solide

 

 

Après le succès de The Lego Movie (2014) et de Lego Batman Movie (2017), vient le troisième volet de la série Phil Lord et Christopher Miller. Le duo de scénaristes, qui a également écrit les films 21 Jump Street et Spider-Man: Into the Spider-Verse de 2018, ils ne font pas partin de l’équipe de réalisation cette fois si  mais leur douce satire, empreinte de bonne humeur, reste gravée dans toutes les parties du film la bonté. Tout n’est décidément pas génial maintenant que la ville du Lego bien agencée de Bricksburg a été transformée en Apocalypseburg, après avoir été envahie par les adorables briques Duplo surdimensionnées. Les grenades prennent la forme de cœurs amoureux souriants qui explosent en nuages ​​roses pixélisés, tandis que des étoiles jaunes mortelles semblent emprunter le visage et la grosseur de Pikachu.

Quand Emmet (Chris Pratt), un héros naïf et un peu simple, a une vision dystopique de l’avenir qui voit le gang banni au Bin of Storage («stockage» prétentieusement prononcé «store-ahge»), lui (Elizabeth Banks), Batman (Will Arnett ) et co-aventurez-vous dans l’univers Duplo afin d’arrêter une reine peut-être diabolique, Watevra Wa’Nabi (un Tiffany Haddish égaré et sans effort drôle). «Mes projets sont totalement sinistres… je veux dire sincères», rigole-t-elle, en persuadant Batman, perpétuel vieux-garcon, sa main en mariage.

Après une certaine résistance (exprimée musicalement par le biais d’une chanson pop glissante dans laquelle elle insiste sur le fait que «les garçons riches avec des gadgets» ne sont tout simplement pas «du genre que je suis»), des arrangements sont pris pour un mariage extravagant de couleur bonbon. Pendant ce temps, Emmet rencontre l’identité à son alter égo sous la forme de Rex Dangervest, le lutteur de dinosaures à la robe bleue et à la cape bleue (également joué par Pratt).

La pièce finale est un peu longue, mais les blagues sont généralement vives et agréablement autoréférentielles, et les chansons sont toujours accrocheuses (une piste est intitulée Catchy Song). Son message moral placide, d’harmonie entre les mondes (et dans les séquences d’action réelle qui ouvrent et ferment le film, les frères et sœurs) est plus sérieux, mais peu importe quand l’animation elle-même est si détaillée.

Finalement, le film de lego 2 est très agréable mais ne rivalise pas avec le succès et l’originalité du premier volet, le film demeure drôle et touchant 
mais n’est pas aussi surprenant. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *